RETROUVEZ-NOUS SUR
Remonter

Consommation de jeux vidéo ado : pourquoi ne pas s’inquiéter ?

Les “jeux vidéo ado” ! Voici quelque chose qui fait saliver les adolescents et souvent frémir les parents. Nombreux sont ceux qui viennent se confier à nous. Souvent, pendant la période de Noël. Les parents veulent faire plaisir à leur enfant en leur achetant par exemple le dernier opus de la saga “Assassin’s creed” mais redoute ensuite de perdre le contrôle et de voir leur enfant aspiré par le jeu. Si vous êtes ce genre de parent, cet article est fait pour vous. Car même si les écrans ont leurs lots d’inconvénients, des récentes études montrent que les jeux vidéo ne sont pas forcément nocifs pour vos enfants. Encore plus surprenant, cela serait même le contraire !

I) Les jeux vidéo sont bénéfiques d’après certaines études

L’adolescence est une période éprouvante pour ceux qui la traverse. Les hormones sont en ébullition. Aux périodes de grandes excitations se mêlent des moments de fatigue intense. On le sait : les ados peuvent rester une journée avachis dans le canapé à ne rien faire.

 

Ce n’est pas cet affalement qui inquiète les parents, des raisons physiologiques expliquent cela, et ils le savent bien : ils sont eux-mêmes passés par là ! Alors qu’est ce qui dérange ? 

Les heures que peuvent alors passer leurs enfants à jouer aux jeux vidéo ou avoir la tête plongée dans leur écran de smartphone. 

Pas de panique ! De récentes études montrent que les jeux vidéo ont des vertus positives sur l’adolescent. 

Premièrement, un jeu vidéo se joue avec les deux mains (soit avec une manette comme sur la Wii, la Xbox, ou la Playstation soit avec un clavier d’ordinateur et une souris). Le jeu nécessite donc une activité bilatérale mettant à l’épreuve les deux mains qui opèrent des actions différentes. C’est donc un bon exercice de coordination. Mais ce n’est pas tout. Les experts font le constat que le jeu vidéo stimule : 

  • L’attention
  • La concentration 
  • La mémoire 
  • La résolution de problèmes 
  • La rapidité 
  • La logique 
  • La patience.

J’aimerais ajouter quelques mots sur la notion de patience. En effet, il est fréquent que dans un jeu on rate une mission. L’échec est donc récurrent. Je suis personnellement très attaché à la notion d’échec ou d’erreur. 

jeux vidéo ado

Elle est selon moi fondamentale. On ne peut pas apprendre sans échecs. L’échec nous permet de nous relever, de nous questionner, de nous remettre en question et nous fait avancer. 

Le jeu vidéo en ce sens est donc un assez bon stimulant et renforce de ce fait la patience. Mais ce n’est pas tout ! Des études montrent que les jeux vidéo favorisent l’amélioration des résultats scolaires ! 

 

Et oui, vous ne vous y attendiez pas à celle-là ! Et bien voilà ce que prouve une étude réalisée par un chercheur de l’Institut d’études pédiatriques de Niort. 

Selon lui, un enfant qui joue aux jeux vidéo a quatre fois plus de chances de ne pas redoubler qu’un enfant qui ne joue pas. La pratique des jeux vidéo leur permet d’être plus concentré et plus longtemps. 

 

Je pourrais continuer sur les vertus. Il y en a d’autres et je vous invite à aller voir sur internet. Des chercheurs de l’université d’Oxford, ou de l’université de Caroline du Nord spécialisés dans les jeux vidéo prouvent qu’ils augmentent la capacité d’analyse, le sentiment de bien être, la lutte contre le vieillissement du cerveau, ou encore le dépassement de traumatisme …

 

J’ajouterais enfin que le virtuel n’est pas un isolement. Le gaming n’est pas une coupure totale avec les relations sociales. Les jeux sont très souvent coopératifs et nécessitent d’être à plusieurs. Donc votre enfant n’est pas pour autant coupé du monde.

 

Chez digi activity, on propose des stages de création de jeux vidéo ! Un pour les 13-18 ans, et un autre pour les 11-15 ans. Une bonne occasion pour votre enfant de passer de l’autre côté du décor ! 

Il est clair néanmoins qu’il faut limiter l’usage excessif des jeux vidéo ado. Il faut lutter contre la dépendance. 

 

A partir de quel moment peut-on dire qu’il y a usage excessif ? Les spécialistes répondent pour dire que s’il y a dépendance, il y a usage excessif. C’est ce qu’on va voir dans une seconde partie. 

II) Modérer la consommation de votre ado 

Jouer aux jeux vidéo ado n’est donc pas un problème en tant que tel. Le danger c’est l’addiction, la dépendance ce qui amène des écarts de conduite. Et comme vous le savez chers parents, c’est valable pour tout : la cigarette, l’alcool, les drogues, etc… 

 

Donc attention à modérer la consommation de votre ado quand même. Et d’ailleurs je ne sais pas si vous le savez mais sur toutes les consoles, il est possible d’instaurer une limite de temps parentale pour limiter la dépendance (si dépendance il y a). 

L’addiction aux jeux vidéo peut créer un trouble psychologique et des problèmes de santé mentale . 

Le type de jeu rentre aussi dans les critères : il y a une différence entre passer 4H non stop sur Tetris et 4H sur call of duty (un jeu de guerre).  

 

Séverine Erhel, maîtresse de conférences en psychologie cognitive et ergonomie à l’Université Rennes 2 et spécialiste des jeux vidéo, invite à ce titre à faire la différence entre passion et usage problématique: «Le problème n’est pas le nombre d’heures passées, ni que le joueur soit investi ou passionné. On peut passer vingt heures par semaine à jouer et que ça soit un vecteur de socialisation normal et sain. La question se pose, en revanche, lorsque le jeu a des conséquences négatives sur la vie quotidienne.»

 

En tant que parents, je vous invite à prendre du recul et à vous poser certaines questions.
Est-ce qu’il y a eu des changements dans la pratique du jeu : 

  • Un enfermement ? 
  • Un refus de vous laisser regarder ce à quoi il/elle joue ?
  • Difficultés à s’arrêter ? 
  • Changement de comportement ? 
  • Un délaissement des autres activités que votre enfant avait l’habitude d’avoir 
  • Désintéressement de la scolarité ? 
  • Une agressivité inhabituelle de votre ado ?

 

Évidemment, ces différentes questions sont là pour vous aider, mais elles ne sont pas une finalité. Il peut y avoir d’autres raisons. Tout n’est pas la faute du jeu vidéo. 

 

De manière générale, je pense qu’il ne faut pas interdire mais accompagner. Parfois l’interdiction est contre productive. Ce n’est que mon avis, et c’est à vous de décider dans la pratique ce que vous voulez faire. 

 

Mais si jamais, votre enfant ne décolle pas et que sont comportement devient impulsif et renfermé sur lui même alors voici une idée. 

jeux vidéo ado

Proposez à votre ado d’autres jeux.
Pourquoi pas lui proposer un jeu qui est l’inverse de ce quoi il a l’habitude de jouer. Un jeu sans violence, ou de compétition. Où l’enjeu est toujours de “gagner”. 

Par exemple, le jeu Zelda : the breath of the wild. C’est un jeu contemplatif avec des quêtes poétiques et métaphoriques. Certains jeux sont justes exploratifs et contemplatifs. 

Au lieu d’un jeu à enjeu, proposez lui un jeu qui donne seulement du plaisir. Voyez si cela a un impact sur votre ado. 

Je pense qu’il faut être pragmatique. Jouer toute une journée de temps en temps n’est pas grave et même si c’est un jeu violent. L’important c’est la communication avec votre enfant et tant que vous voyez qu’il reste lucide par rapport à son activité, il ne faut pas s’inquiéter. Une consommation de jeux vidéo ado n’est pas nocive en tant que telle : n’oubliez pas les vertus que nous avons listées au début de l’article !

Par Benjamin Dana.